Jean Carmet (1921-1994)

Aller en bas

Jean Carmet (1921-1994)

Message par Cooper le Ven 22 Avr - 16:48

Jean Carmet, acteur et scénariste français,
né le 25 avril 1920 à Bourgueil (Indre-et-Loire, France)
décédé le 20 avril 1994 à Sèvres dans les Hauts-de-Seine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Biographie :

Acteur français né le 25 avril 1921 à Bourgueil. Très jeune, Jean Carmet interrompt ses études et monte à Paris où il débute comme figurant au Châtelet, puis à l'Opéra.
Par la suite, il entre comme régisseur stagiaire aux Mathurins chez Marcel Herrand.
Parallèlement à sa carrière théâtrale, il fait de la figuration au cinéma notamment dans LES ENFANTS DU PARADIS de Marcel Carné. Après avoir fait partie de la troupe des "Branquignols" de Robert Dhéry, Jean Carmet se partage entre de longues séries d'émissions à la radio, des disques avec des monologues poétiques, et beaucoup de films et de courts métrages notamment : ON DEMANDE UN BANDIT (1950), ROULONS (1951).

Avec les années 1960 le personnage de Jean Carmet se modifie.
A la silhouette du gros garçon bonasse se substitue un monsieur-tout-le-monde inquiétant ou cocasse, prélude aux grands rôles de la maturité.
Il choisit avec soin ses films et ses rôles et, surtout les équipiers avec qui il travaille.
Il poursuit son chemin avec ses amis Robert Dhéry, Yves Robert, Pierre Richard et Michel Audiard
mais il a aussi le plaisir de tourner les premiers films de Joël Santoni, de Michel Berny et de Pascal Thomas.
Les silhouettes qu'il a pu rendre populaires au cinéma, au théâtre, à la radio disparaissent pour faire place à des personnages plus complexes; ceux de LA RUPTURE de Chabrol, ou de DUPONT LA JOIE de Boisset. " Je suis un acteur de composition, obligé parfois de prendre des risques pour ne pas m'abandonner à la mollesse.
Peut-être que j'aurais pu faire une carrière apparemment plus harmonieuse, mais je préfère mes risques. "(" Première " n°119).
Et il est vrai que depuis son rôle de raciste et de violeur dans DUPONT LA JOIE (Yves Boisset, 1974), Jean Carmet n'hésite plus à incarner des personnages de plus en plus marginaux, grotesques souvent, odieux parfois.
Pitoyables aussi comme ce sergent Bosselet, dans LA VICTOIRE EN CHANTANT, ou Baptiste Nozière, de père veule et lubrique de VIOLETTE NOZIÈRE.
En revanche, l'assassin de BUFFET FROID, le journaliste de LA BANQUIÈRE ou le paysan de CANICULE, entre autres, sont des " méchants " au sens strict, mais : "Dans le fond, pour véhiculer certains méchants, ou pour les rendre plausibles à l'oeil, il faut peut-être déployer plus de charme et d'humanité. " (" Première ", ibid).
Par contre les rôles comiques sont de plus en plus rares -et complexes d'ailleurs, tel le vétérinaire des FUGITIFS - alors qu'apparaissent d'émouvants personnages d'amoureux, le François Dupuis d'IL Y A LONGTEMPS QUE JE T'AIME, toujours épris de sa femme après vingt ans de mariage ou MISS MONA, travesti ridicule que l'amour d'un homme transfigure. Depuis 1978, J. Carmet a multiplié ses participations à des téléfilms : "La stratégie du serpent " (Yves Boisset, 1979), " Trois morts à zéro" (Jacques Renard, 1981), "L'été 36" (Yves Robert, 1986), " Les étonnements d'un couple moderne " (Pierre Boutron, 1986), parmi d'autres.

Revenu sur les planches, en 1984, il joue au Théâtre de l'Odéon, dans le " Ionesco " mis en scène par Planchon. Il a reçu le César du second rôle masculin en 1983 pour LES MISERABLES de Robert Hossein, et en 1992 pour MERCI LA VIE de Bertrand Blier. Jean Carmet est décédé le 20 avril 1994 à Sèvres dans les Hauts de Seine.



Filmographie : (1944-1993)

1944 - Les enfants du paradis (Marcel Carné)
1945 - Les démons de l'aube (Yves Allégret)
1946 - Tombé du ciel (Emile E. Reinert)
1946 - Le destin s’amuse (Emile E. Reinert)
1946 - Copie conforme (Jean Dréville)
1947 - Monsieur Vincent (Maurice Cloche)
1947 - Le diamant de cent sous (Jacques Daniel-Norman)
1947 - Le destin exécrable de Guillemette Babin (Guillaume Radot)
1948 - Bonheur en location (Jean Wall)
1948 - La louve (Guillaume Radot)
1948 - La bataille du feu (Maurice de Canonge)
1948 - Cartouche (Guillaume Radot)
1949 - Le parfum de la dame en noire (Louis Daquin)
1949 - Dernière heure, édition spéciale (Maurice de Canonge)
1949 - Les branquignols (Robert Dhéry)
1950 - Knock (Guy Lefranc)
1950 - Le roi des camelots (André Berthomieu)
1950 - Bille de clown (Jean Wall)
1950 - Les femmes sont folles (Gilles Grangier)
1950 - Dieu a besoin des hommes (Jean Delannoy)
1950 - Les mémoires de la vache Yolande (Ernest Neubach)
1951 - Minuit. quai de Bercy (Christian Stengel)
1951 - Drôle de noce (Léo Joannon)
1951 - Il étaient cinq (Jack Pinoteau)
1951 - Les quatre sergents du Fort Carré (André Hugon)
1951 - Monsieur Leguignon lampiste (Maurice Labro)
1952 - Monsieur Taxi (André Hunebelle)
1952 - Elle et moi (Guy Lefranc)
1952 - La forêt de l’adieu (Ralph Habib)
1952 - Des quintuplés au pensionnat (René Jayet)
1953 - Piedalu député (Jean Loubignac)
1953 - La tournée des grands ducs (André Pellenc)
1953 - Adam est... Eve (René Gaveau)
1954 - Bonjour la chance (Guy Lefranc & Edgar Neville)
1954 - Ca va barder (John Berry)
1954 - Le vicomte de Bragelonne (Fernando Cerchio)
1955 - Les Duranton (André Berthomieu)
1955 - Mon curé champion du régiment (Emile Couzinet)
1955 - Bonjour sourire (Claude Sautet)
1955 - La madelon (Jean Boyer)
1955 - Ces sacrées vacances (Robert Vernay)
1956 - Les aventures de Till l’espiègle (Gérard Philippe & Joris Ivens)
1956 - Mademoiselle et son gang (Jean Boyer)
1956 - Trois de la marine (Maurice de Canonge)
1956 - La Bigorne caporal de France (Robert Darène)
1956 - Bébés à gogo (Paul Mesnier)
1958 - Un drôle de dimanche (Marc Allégret)
1958 - Cigarettes, whisky et p’tites pépées (Maurice Regamey)
1958 - Oh ! qué mambo (John Berry)
1961 - Les trois mousquetaires (Bernard Borderie)
1962 - Un clair de lune à Maubeuge (Jean Chérasse)
1962 - Le diable et les dix commandements (Julien Duvivier)
1964 - Les gorilles (Jean Girault)
1964 - Un drôle de caïd (Jacques Poitrenaud)
1964 - Les pas perdus (Jacques Robin)
1964 - Allez France ! (Robert Dhéry)
1965 - Les deux orphelines (Riccardo Freda)
1965 - Les bons vivants (Gilles Grangier & Georges Lautner)
1965 - La bourse et la vie (Jean-Pierre Mocky)
1966 - Alexandre le bienheureux (Yves Robert)
1967 - Un idiot à Paris (Serge Korber)
1968 - Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages (Michel Audiard)
1970 - Le cri du cormoran le soir au dessus des jonques (Michel Audiard)
1971 - Les malheurs d'Alfred (Pierre Richard)
1972 - Elle cause plus... elle flingue (Michel Audiard)
1972 - Le grand blond avec une chaussure noire (Yves Robert)
1973 - Le concierge (Jean Girault)
1973 - Bons baisers à lundi (Michel Audiard)
1973 - Pleure pas la bouche pleine ! (Pascal Thomas)
1974 - Le retour du grand blond (Yves Robert)
1974 - Dupont Lajoie (Yves Boisset)
1974 - Comment réussir quand on est c.. et pleurnichard (Michel Audiard)
1975 - Un linceul n'a pas de poches (Jean-Pierre Mocky)
1976 - Alice ou la dernière fugue (Claude Chabrol)
1976 - Victoire en chantant (Jean-Jacques Annaud)
1977 - La 7eme compagnie au clair de lune (Robert Lamoureux)
1978 - Un si joli village (Etienne Périer)
1978 - Le Beaujolais nouveau est arrivé… (Jean-Luc Voulfow)
1979 - Buffet froid (Bertrand Blier)
1980 - La banquière (Francis Girod)
1981 - La soupe aux choux (Jean Girault)
1982 - Les misérables (Robert Hossein)
1982 - Un chien dans un jeu de quilles (Bernard Guillou)
1983 - Canicule (Yves Boisset)
1984 - Papy fait de la résistance (Jean-Marie Poire)
1984 - Le crime d'Ovide Plouffe (Denys Arcand)
1985 - Sac de noeuds (Josiane Balasko)
1986 - Suivez mon regard (Jean Curtelin)
1987 - La brute (Claude Guillemot)
1987 - Les deux crocodiles (Joël Séria)
1988 - L'invité surprise (Georges Lautner)
1989 - Périgord noir (Nicolas Ribowski)
1989 - La vouivre (Georges Wilson)
1989 - Champagne amer (Ridha Behi)
1990 - Un jeu d'enfant (Pascal Kané)
1990 - Le château de ma mère (Yves Robert)
1991 - Merci la vie (Bertrand Blier)
1991 - Le bal des casse pieds (Yves Robert)
1992 - La chambre 108 (Daniel Moosmann)
1992 - Coup de jeune ! (Xavier Gélin)
1993 - Germinal (Claude Berri)





_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7796
Cartouches : 9105
Réputation : 50
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum