Fernandel (1903-1971)

Aller en bas

Fernandel (1903-1971)

Message par Cooper le Mar 10 Mai - 17:47


Fernandel, de son vrai nom :
Fernand Joseph Désiré Contandin,
chanteur et acteur français
né le 8 mai 1903 à Marseille
Décédé le 26 février 1971 à Paris.
(à 67 ans)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

BIOGRAPHIE

De son vrai nom Fernand Joseph Désiré Contandin, il est né le 8 mai 1903, dans l'appartement familial situé au 72 du boulevard Chave, grande artère de Marseille (Provence - Occitania), où de nos jours, figure une plaque rappelant cet évènement. Mais laissons Fernandel le raconter lui-même: "Je suis né le mois des fleurs (le jour de la St Désiré) et ce jour-là, on m'a dit que le soleil était astrologiquement sur le seizième degré du signe du Taureau;... C'est le droguiste qui se trouvait en dessous de chez nous, Mr Rabattu, qui accompagna mon père pour déclarer ce dont la nature avait doté ma famille: un certain Fernand Joseph désiré. Mon père avait dû, pour cet événement important, interrompre une répétition du commissaire est bon enfant lorsque ma mère avait ressenti les premières douleurs, ce qui m'a fait dire, bien plus tard, que j'étais né en fait sous le triple signe du Taureau, du Cheval et de Courteline."

Selon ses proches, Fernand est un garçon curieux, foncièrement honnête, travailleur, instable, extrêmement sensible, parfois mélancolique, mais aussi jovial et farceur. A l'évidence, si les planches sont la vocation de l'enfant, l'appartement est son conservatoire. En 1908, Fernandel a tout juste 5 ans et pas mal d'années de métiers dans les jambes:
"Dès que l'ai pu me tenir debout, j'ai couru dans toutes les coulisses, les arrières-salles, les loges des hauts (et des bas) lieux du spectacle marseillais... De très bonne heure, en effet, je manifestais un grand enthousiasme pour tout ce qui touchais de près ou de loin à la chanson. J'avais pris, avec mon frère Marcel les attitudes et les gestes scénique de mon père, ainsi que sa façon de porter la voix ou de placer ses mouvements." Le jeune Fernand tâche de jouer les écoliers studieux pour mieux gagner la confiance paternelle. En 1908, il rentre à la pension Rose, puis l'école communale de la rue Gillibert avant celle de la rue Alexandre-Copello où il fera la connaissance d'un certain André Jaubert qui deviendra plus tard Andrex.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fernandel
à l'âge de 5 ans (1908)


Fernand n'en demeure pas moins un croyant fervent. L'attachement au catéchisme de son enfance se manifestera bien plus tard lors d'une rencontre avec le pape. Le père Sardou, prêtre à l'œuvre paroissiale Timon-David, aimait rappeler une certaine lettre du 21 mai 1911. "Moi, Fernand Contandin, écrivait-il au Tout-Puissant via l'ecclésiastique, me consacre aujourd'hui et pour toujours à Votre service. Je promets de Vous honorer toute ma vie d'un culte spécial, d'être toujours l'enfant fidèle de cette congrégation qui Vous est consacrée et de répandre Votre culte parmi les jeunes gens."
C'est au théâtre Chave qu'il débute dans un drame historique: "Marceau ou les enfants de la révolution" d'Anicet Bourgeois. Mais c'est sur la scène d'une petite salle du proche quartier de Castellane, la Scalla (le futur Eldorado), que Fernand va faire connaissance à la fois avec le public et... le trac. Le pioupiou interprète de manière plutôt gauche mais sans faiblir "Mlle Rose". C'est le succès: le public explose en ovations. Après un gala au Châtelet, il passe au Palais de cristal. "Du Palais de cristal aux Variétés, ça fait peut-être cent mètres de Canebière. Seulement, pour les faire, ces cent mètres, j'ai fait "le grand tour". Les débuts dans notre métier sont toujours difficiles."

Mais ces débuts vont devoir s'arrêter brutalement suite à la mobilisation de son père: Fernand doit trouver du travail. "Alors là, les places ont défilé. Attendez. (il compte sur ses doigts) En 1915, je suis entré à la banque nationale de Crédit, rue St Ferréol, comme garçon de courses. On disait saute-ruisseau; Pour 25 frs par mois. C'est mon grand-frère Marcel qui m'y avait fait engager. Le directeur, Mr Gatineau, quand il m'a vu, maigre comme un stockfisch, il a dit à mon frère: "C'est pas un grenadier! Non, a répondu mon frère, mais il court vite." Là , je me suis fait un copain inséparable que j'ai gardé toute ma vie: Jean Manse. Ensuite, il y a eu la savonnerie Bellon, la papeterie Granger, la société marseillaise de Crédit, la compagnie d'électricité, puis mon père étant rentré de la guerre, j'ai travaillé avec lui dans l'alimentation. Puis je suis devenu docker (pas longtemps, c'était trop pénible). Je suis rentré dans une maison de textile, puis retour dans les banques: Banque impériale ottomane, banque Mathieu-Martin, banque Franco-chinoise, Banque populaire provençale. Le régiment puis un retour dans les savons avec la savonnerie du Fer à cheval, puis la savonnerie de la Cigale, au Rouet. Et après? Après, ça a marché. Après, j'ai été chanteur!"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'Auberge rouge de Claude Autant-Lara (1951)

En attendant, il fréquente de plus en plus assidûment la petite sœur de Jean, Henriette. D'ailleurs, lorsqu'il vient voir sa fiancée, Mme Manse l'interpelle par : "Vé ! Voilà le Fernand d'Elle !". Il prend d'ailleurs ce pseudo pour apparaître sur la scène de l'Edorado et partage son temps entre spectacles et travaux alimentaires. Désireux d'épouser Henriette (chose faite le 4 Avril 1925), il accepte une place à la savonnerie du Fer-à-cheval qu'il gardera jusqu'au printemps 1925 et son incorporation sous les drapeaux. D'abord à Grenoble, puis à Marseille, son service militaire se déroule plutôt bien puisqu'il habite le soir chez lui.
Sa fille aînée, Josette, voit le jour le 19 Avril 1926, 3 semaines avant que Fernandel ne soit libéré de ses obligations militaires et qu'il ne retrouve une place à la savonnerie. Sa première chance, il la doit à Louis Valette, le directeur de l'Odéon, qui l'engage en remplacement de la vedette parisienne qui a été conspuée par le public. On retrouve alors le tourlourou Fernandel qui triomphe avec un répertoire dont Polin et son beau-frère sont les auteurs. C'est un triomphe auquel assiste, par hasard, le directeur français de la Paramount, Jean Faraud. Celui-ci propose à l'artiste un contrat pour se produire dans les salles Paramount pour animer les entractes. Il débute le 19 Mars 1927 à Bordeaux (où il retrouve un camarade d'école, Andrex), puis enchaîne avec Toulouse, Nice, Lille, etc... . Paris a la joie de le découvrir à Bobino en Décembre pour 12 minutes par représentation !

Ce succès immédiat lui permet de signer un contrat de 19 semaines pour animer les entractes des cinémas Pathé, avant de revenir à Bobino en 1929. Son père disparaît le 10 Mars 1930, heureux de voir son fils gagner sa vie sur scène.
La famille Contandin s'installe à Paris en mars 1930 et s'agrandit le 18 Avril avec la naissance de sa seconde fille Janine. Cet "exil" parisien est reconduit puisque Fernand est engagé, par Henri Varna, pour un an afin d'être l'une des attractions de sa revue Nu sonore....
Véritable triomphe, ce spectacle lance définitivement la carrière de Fernandel. Ainsi, Marc Allégret lui rend visite dans sa loge afin de lui proposer un petit rôle dans Le Blanc et le Noir (1930). Ce film est surtout pour lui l'occasion de rencontrer 2 personnages qui deviendront ses amis : Sacha Guitry, l'auteur de la pièce dont est tirée le scénario, et Raimu, acteur principal.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Petit Monde de Don Camillo de Julien Duvivier (1951)

En attendant le "grand" rôle, Fernandel participe en un an à 14 films, occupant de façon délirante son emploi du temps : il tourne matin et après-midi et il chante le soir. Cette période se poursuit après la dernière du Nu... puisqu'il enchaîne 12 nouveaux films en 1932, dont On purge bébé (J.Renoir),les Gaietés de l'escadron (M.Tourneur) où il retrouve Gabin et Raimu ou le premier scénario de son beau-frère Quand tu nous tiens, amour (M.Cammage) et 8 en 1933.
Il ne délaisse pas non plus la scène, puisqu'il parcourt la France (de l'Eldorado marseillais à l'Elysée Palace de Vichy, avant de revenir à Bobino puis aux Folies-Bergère). Marcel Pagnol le contacte en 1933 pour le personnage de Saturnin de Un de Beaumugne. Poliment attentif, Fernandel se laisse gagner par cette histoire. Mais, il a un gros problème : boulimique, il croule sous les engagements et demande donc à Pagnol de décaler le tournage d'Angèle de quelques mois. Ce sera chose faite, donnant naissance à une amitié (et des disputes !) de près de 30 ans. Après l'immense succès d'Angèle (1934), son premier rôle dramatique, Fernandel tournera trois autres films avec Marcel Pagnol : REGAIN (1937), d'après Jean Giono, LE SCHPOUNTZ (1937) et LA FILLE DU PUISATIER avec Raimu (1940), NAIS, sur un scénario et des dialogues de Marcel Pagnol, d'après Émile Zola, fut signé pour la mise en scène, par Raymond Leboursier en 1945. "C'est à Pagnol, dira Fernandel, que je dois d'avoir pu prouver que j'étais un vrai comédien."
C'est pour leur 10 ans de mariage que le couple achète la villa des Mille Roses dans la banlieue de Marseille, devenant avec le temps le refuge de Fernandel, de sa famille et de ses amis (Andrex, Bousquet, Darcelys et Georgel, entre autres). Après les Bleus de la Marine, premier scénario de Jean Manse, son beau-frère s'est attaqué à l'écriture d'Ignace qui devient dans un premier temps une opérette créée aux Variétés (et qui triomphera partout en France) avant d'être filmé en 1937 par Pierre Colombier. Il est à noter que ce prénom sera le 3ème donné au fils Contandin, né le 10 Décembre 1935 (avec Frank et Gérard).

Après François 1er et les Dégourdis de la 11ème (Christian-Jaque - 1937), il retrouve son ami Pagnol qui lui offre l'échec Regain et le triomphe le Schpountz la même année. Il en profite d'ailleurs pour rédiger ses premières mémoires, publiées sur 3 semaines dans le quotidien "Ce Soir". 1938 marque la présence dans sa filmographie de 3 prénoms célèbres; Barnabé (A.Esway), Raphaël le Tatoué et Ernest le Rebelle (Christina-Jaque) et s'achève par son sacre d'acteur le plus populaire (devant Danielle Darrieux et Jean Gabin). C'est au cours de cette période que Fernandel se forgea la réputation d'un comédien exigeant, irascible et "radin" : on le tutoyait peu sur les plateaux. Mais certains de ses partenaires prirent alors sa défense affirmant qu'il n'était pas prétentieux ni colérique mais éternellement de bonne humeur...

Hélas, les évènements en Europe ne sont guère marqués par le pacifisme et l'acteur Fernandel devient le soldat mobilisé Contandin. Naturellement, son immense popularité sera l'occasion de nombreux quiproquos et attroupements lors de ses gardes, personne ne l'imaginant réellement soldat. Afin de servir au mieux la Patrie, il est détaché aux côtés de Pagnol au service cinématographique des Armées : leur but, tourner un film susceptible de participer au rapprochement franco-italien. Ce sera la Fille du Puisatier qui sera achevé après l'Armistice.
De retour à la vie civile, la Continentale, de mémoire très trouble, lui "demande" de jouer et de réaliser Simplet en collaboration avec Carlo Rim. Sur un scénario de Manse, il retrouve autour de lui sa bande d'amis marseillais et cette première expérience demeurera, malgré les circonstances, un bon souvenir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Fille du puisatier de Marcel Pagnol (1940)

Sans chercher vraiment à faire acte de bravoure, il se retire peu à peu de la vie publique, se réfugiant dans une nouvelle propriété, à Carry-le-Rouet, ne tournant rien entre la nouvelle commande de la Continentale (Adrien qu'il réalisera en 1943) et la libération. Le retour de Fernand dans les salles se fait par l'intermédiaire d'un bossu extraordinaire dans Naïs (1945) de Pagnol et sur scène à l'ABC en Octobre (pleurant toutefois la disparition de Raimu). C'est au cours des représentations de la nouvelle opérette de Manse, les Chasseurs d'Images, qu'un jeune marseillais, Henri Malakian, vient le voir dans sa loge pour lui demander un parrainage. C'est le début d'une amitié et d'un talent, celui d'Henri Verneuil, avec lequel il tournera le Mouton à cinq pattes (1954) ou la Vache et le Prisonnier (1959).

Après l'excellente Armoire Volante (C.Rim - 1949) et un retour sur scène, il travaille enfin avec Sacha Guitry (Tu m'as sauvé la vie - 1950) où il recueille les seules bonnes critiques du film. Quant à Adhémar (1951), c'est l'acteur qui le réalisera car le Maître subit en même temps l'opération de la dernière chance (dont il sort vainqueur). Période faste entre toute, car Fernandel participe à Topaze (M.Pagnol - 1950) et à l'Auberge Rouge (C.Autan-Lara - 1951) avant de devenir Don Camillo sous la houlette de Julien Duvivier. Les années qui suivent sont marquées par l'importante collaboration avec Verneuil (au final 8 films dont 6 entre 1951 et 1954) et la brouille avec son mentor, Marcel Pagnol.

Débutée par une peccadille (le refus de Fernandel d'incarner Ugolin dans Manon des Sources en raison de trop nombreux engagements pris par l'acteur), celle-ci éclate sur le tournage de Carnaval (1953) dont la réalisation a été confiée à Verneuil car Pagnol était lui-même débordé. L'acteur, agacé par le manque de rigueur de l'auteur, lui fait part sur le tournage de ses réserves. Pagnol réagira en humiliant Fernand devant tout le monde, le qualifiant de "grimacier". La fâcherie durera près de 20 ans.
Le reste de cette décennie ne laisse pas une grande trace malgré Ali Baba (J.Becker - 1954), le Couturier de ces dames ou Sénéchal le Magnifique (J.Boyer - 1956 et 1957), jusqu'à la célèbre Margueritte et son prisonnier. Si les années 60 débutent bien (grâce à Crésus de Jean Giono), Fernandel enchaînent navet sur navet (y compris la première œuvre de Sergio Leone, Avanti la musica, dont la seule qualité fut de marquer les débuts de son fils, Frank) avant de fêter ses 30 ans de cinéma.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Vache et le Prisonnier d'Henri Verneuil (1959)

Lauréat du prix Courteline 1963 de l'humour, il retrouve pour la première (et hélas) dernière fois le lauréat 1962, Bourvil, dans la Cuisine au Beurre (G.Grangier - 1963), les deux hommes s'avouant leur admiration mutuelle en privé. Si le résultat se laisse regarder sans déplaisir, la rencontre la plus marquante de cette période est celle de Jean Gabin au mariage d'Henri Verneuil, dont ils seront tous les deux les témoins.

Les deux hommes s'entendent très vite et décident de créer une société de production, la "GAFER" (= GAbin + FERnandel) chargée de développer des scénarios pour les 2 monstres sacrés: il en résultera L'âge ingrat, avec Jean Gabin, son fils Frank Fernandel et Marie Dubois, de Gilles Grangier. On le retrouve, avec son fils en première partie, au music-hall en 1965, triomphant à nouveau, avant d'enchaîner le 5ème Don Camillo. L'acteur qui n'a plus rien à prouver accepte de tourner pour Mocky, la Bourse ou la Vie (1966), par amitié pour Bourvil qui tenait le réalisateur en haute estime. Ce sera une erreur, mais il ne s'en soucie pas. Il tourne aussi dans l'adaptation par Denys de la Patellière du roman de Bernard Clavel, le voyage du père (1966). Il participe en parallèle à de nombreuses œuvres caritatives, estimant qu'il doit bien cela à la vie qui l'a gâté. En 1968, il chante pour la première fois à la télé (après longtemps avoir refusé) 5 titres dont Félicie aussi et les Gens riaient, admirable raccourcis de ses débuts. Fernandel retrouve aussi le théâtre avec "Freddy", une comédie policière de Robert Thomas. Heureux qui comme Ulysse (H.Colpi - 1969) sera cependant sa dernière apparition cinématographique.

Ayant fait une chute sur son bateau "Le Caméra" à Carry-le-Rouet, un kyste à sa poitrine est apparu quelques temps après. Il s'est avéré que ce kyste, après analyse, était cancéreux. Fernandel a donc développé un cancer, sa famille était la seule au courant. En tournant un nouveau "Don Camillo", sous la direction de Christian-Jaque, en août 1970, le comédien se plaint de fatigue. Il consulte un spécialiste en Italie, qui lui diagnostique une autre maladie. (Le film restera d'ailleurs inachevé et, repris par Mario Camerini, avec Gastone Moschin, sera distribué sous le titre de Don Camillo et les Contestataires, en 1972). Sa famille lui cachant la vérité, il n'a pas conscience de son état jusqu'à la fin. Le cancer se généralisant, il meurt d'un arrêt cardiaque, à cause de la fatigue imposée par la maladie et les traitements, le 26 février 1971 dans son lit, dans son appartement de l'avenue Foch à Paris.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fernandel inhumé au cimetière de Passy

Il était propriétaire d'une villa à Carry-le-Rouet et d'une vaste demeure à Marseille, Les Mille Roses.

Le lundi 1er mars, à 14 heures, en la chapelle Saint-Honoré-d'Eylau, 66, avenue Raymond-Poincaré, le père Lendger, aumonier de l'Union des Artistes, célèbre les obsèques de Fernand Contandin, dit Fernandel. Après cette cérémonie, le cercueil restera pendant quelques jours dans la crypte de l'église Saint-Pierre-de-Chaillot. Fernandel et Henriette ont rêvé en effet d'être enterrés dans leur propriété de Carry-le-Rouet, au bord de cette Méditerranée qu'ils ont tant aimée. Cette joie leur sera refusée. A partir du 26 avril, Fernandel reposera au petit cimetière de Passy... en plein coeur de Paris qui a fait sa gloire et qui a voulu le garder pour jamais.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7836
Cartouches : 9154
Réputation : 51
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par Cooper le Mar 10 Mai - 17:58

FILMOGRAPHIE de FERNANDEL (1930)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

1930 : Le Blanc et le Noir de Robert Florey : Le groom vierge
1931 : On purge bébé de Jean Renoir : Le cousin Horace Truchet
1931 : Paris Béguin d'Augusto Genina : Ficelle, un petit truand
1931 : Cœur de lilas d'Anatole Litvak : Le garçon d'honneur
1931 : Le Rosier de Madame Husson de Bernard Deschamp : Isidore, le rosier
1932 : Pas de femmes de Mario Bonnard : Casimir
1932 : Un homme sans nom de Gustav Uschiki : Julot
1932 : Les Gaietés de l'escadron de Maurice Tourneur : Le soldat Vanderague, le brimé
1932 : le Jugement de minuit ou Le Vengeur d'Alexandre Esway : Sam Hackitt
1933 : Le Coq du régiment de Maurice Cammage : Le soldat Médard
1933 : L'Ordonnance de Victor Tourjansky : Étienne
1933 : D'amour et d'eau fraîche de Félix Gandéra : Eloi, le chauffeur
1933 : La Garnison amoureuse de Max de Vaucorbeil : Le deuxième classe Frédéric
1933 : Adémaï aviateur de Jean Tarride : Méchelet, le camarade d'Adémaï
1933 : La Porteuse de pain de René Sti : Billenbuis, un boulanger
1934 : Une nuit de folies de Maurice Cammage : Fernand, le barman
1934 : Le Chéri de sa concierge de Guarino-Glavany : Eugène Crochard
1934 : L'Hôtel du libre échange de Marc Allégret : Boulot, le garçon d'étage
1934 : Le Train de 8 heures 47 d'Henry Wulschleger : Le cavalier Croquebol
1934 : Angèle de Marcel Pagnol : Saturnin, le valet de ferme
1934 : Les Bleus de la marine de Maurice Cammage : Lafraise, un marin du "Victorieux"
1934 : Le Cavalier Lafleur de Pierre-Jean Ducis : Fernand, Gaëtan Lafleur, le réserviste
1935 : Ferdinand le noceur de René Sti : Fernand Piat, préparateur en pharmacie
1935 : Jim la Houlette d'André Berthomieu : Jacques Moluchet, écrivain "nègre"
1935 : Les Gaietés de la finance ou Bengali VII de Jack Forrester : Le banquier Marivol et le tailleur Lambinet
1936 : Un de la légion de Christian-Jaque : Fernand, Esculape, Siméon Espitalion, brave homme embarqué par erreur à la Légion étrangère
1936 : Josette de Christian-Jaque : Albert Durandal
1936 : François Ier ou Les Amours de la Ferronnière de Christian-Jaque : Honorin, régisseur de théâtre et Honorin des Meldeuses
1937 : Les Dégourdis de la 11e de Christian-Jaque : L'ordonnace Patard, le premier dégourdi
1937 : Ignace de Pierre Colombier : Ignace Boitaclou, jeune paysan incorporé
1937 : Un carnet de bal de Julien Duvivier : Fabien Coutissol, le coiffeur
1937 : Les Rois du sport de Pierre Colombier : Fernand, garçon de café
1937 : Regain ou Arsule de Marcel Pagnol : Urbain Gédémus, le rémouleur
1938 : Hercule ou L'Incorruptible d'Alexandre Esway : Hercule Maffre, pêcheur provençal, héritant d'un grand journal
1938 : Le Schpountz ou La Fausse vocation de Marcel Pagnol : Irénée Fabre, commis-épicier
1938 : Barnabé d'Alexander Esway : Barnabé, flûtiste occasionnel
1938 : Ernest le rebelle de Christian-Jaque : Ernest Pic, steward, accordéoniste à bord d'un navire
1938 : Tricoche et Cacolet de Pierre Colombier : Tricoche, détective privé
1938 : Les Cinq Sous de Lavarède de Maurice Cammage : Armand Lavarède, le cousin de Mr Richard
1938 : Raphaël le tatoué ou C'était moi de Christian-Jaque : Modeste Manosque, veilleur de nuit alias : Raphaël
1939 : Berlingot et Compagnie de Fernand Rivers : François, marchand de berlingots
1939 : Fric-Frac de Maurice Lehmann : Marcel, l'employé de la bijouterie
1939 : L'Héritier des Mondésir ou C'est un mystère d'Albert Valentin : Bien-Aimé, le facteur - Le baron de Mondésir et ses aïeux


FILMOGRAPHIE ANNEES (1940)

1940 : Monsieur Hector ou Le Nègre du Negresco de Maurice Cammage : Hector, le valet de chambre
1940 : La Fille du puisatier de Marcel Pagnol : Félipe Rambert, l'assistant de Pascal
1940 : Un chapeau de paille d’Italie de Maurice Cammage : Fadinard, le jeune marié
1940 : La Nuit merveilleuse de Jean-Paul Paulin : Le berger
1941 : L'Acrobate de Jean Boyer : Ernest Sauce, maître d'hôtel
1941 : Le Club des soupirants de Maurice Gleize : Antoine Valoisir, chasseur de papillons
1941 : Les Petits Riens de Raymond Leboursier : Mr Astier
1942 : Simplet de Fernandel : Simplet, le "fada" de Miéjour
1942 : La Bonne Étoile de Jean Boyer : Auguste dit "Guste", pêcheur provençal
1942 : Ne le criez pas sur les toits de Jacques Daniel-Norman : Vincent Fleuret, préparateur du professeur Léonard
1943 : Une vie de chien ou Médor de Maurice Cammage : Gustave Bourdillon, professeur dans un institut
1943 : La Cavalcade des heures d'Yvan Noé : Antonin
1943 : Adrien de Fernandel : Adrien Moulinet, encaisseur à la banque Nortier
1944 : Le Mystère Saint-Val de René Le Hénaff : Désiré, Henri Le Sec, détective
1945 : Naïs ou Toine de Raymond Leboursier : Toine, l'ouvrier agricole bossu
1945 : Les Gueux au paradis de René Le Hénaff : Pons, un joyeux drille
1945 : L'Aventure de Cabassou de Gilles Grangier : Marius Cabassou, architecte
1946 : Pétrus de Marc Allégret : Pétrus, photographe
1947 : La Parade du rire de Roger Verdier
1947 : Cœur de coq ou Affaires de cœur de Maurice Cloche : Tulipe Barbaroux, ouvrier imprimeur
1947 : Émile l'Africain de Robert Vernay : Emile Boulard, accessoiriste
1948 : Si ça peut vous faire plaisir de Jacques Daniel-Norman : Martial Gonfaron, aboyeur à la salle des ventes de Cassis
1948 : L'Armoire volante de Carlo Rim : Alfred Puc, percepteur
1949 : L'Héroïque Monsieur Boniface de Maurice Labro : Mr Boniface, étalagiste
1949 : On demande un assassin de Ernst Neubach : Bob Laurent, le fils de famille


FILMOGRAPHIE ANNEES (1950)

1950 : Casimir de Richard Pottier - Casimir, représentant en aspirateurs
1950 : Meurtres de Richard Pottier - Noël Annequin, paysan et mari d'Isabelle
1950 : Tu m'as sauvé la vie de Sacha Guitry - Fortuné Richard, clochard
1950 : Uniformes et grandes manœuvres de René Le Hénaff - Luc, portier du "Miramar", et André Duroc
1951 : Topaze de Marcel Pagnol - Albert Topaze, professeur à l'institution "Muche"
1951 : Boniface somnambule de Maurice Labro - Victor Boniface, détective dans un grand magasin
1951 : Je suis de la revue (Botta e riposta) de Mario Soldati : Fernand
1951 : Adhémar ou le jouet de la fatalité de Fernandel - Adhémar Pomme, ordonnateur de pompes funèbres, garde malade, souffleur...
1951 : L'Auberge rouge de Claude Autant-Lara - Le moine
1951 : La Table aux crevés d'Henri Verneuil - Urbain Coindet, paysan et conseiller municipal
1951 : Le Petit Monde de Don Camillo de Julien Duvivier - Don Camillo, le curé
1952 : Coiffeur pour dames de Jean Boyer - Marius dit: Mario, coiffeur pour dames
1952 : Le Fruit défendu d'Henri Verneuil - Le docteur Charles Pellegrin
1952 : Le Boulanger de Valorgue d'Henri Verneuil - Félicien Hébrard, boulanger
1952 : Le Retour de Don Camillo de Julien Duvivier - Don Camillo, le curé
1953 : Carnaval ou Dardamelle d'Henri Verneuil - Dardamelle, l'architecte
1953 : L'Ennemi public numéro un d'Henri Verneuil - Joé Calvet, l'américain myope
1953 : Mam'zelle Nitouche (Santarellina) d'Yves Allégret - Célestin Floridor, professeur de musique
1954 : Le Mouton à cinq pattes d'Henri Verneuil - Édouard Saint-Forget, le père, Alain, le fils esthéticien, Désiré, le fils laveur de vitres, Étienne, le fils loup de mer, Bernard, le fils journaliste et Charles, le fils abbé
1954 : Ali Baba et les quarante voleurs de Jacques Becker - Ali Baba, le serviteur de Cassim
1954 : Le Printemps, l'automne et l'amour de Gilles Grangier - Fernand "Noël" Sarrazin, patron nougatier
1955 : La Grande Bagarre de Don Camillo de Carmine Gallone - Don Camillo, le curé
1955 : Don Juan (El amor de Don Juan) de John Berry - Sganarelle, le valet de Don Juan
1956 : Le Couturier de ces dames de Jean Boyer - Fernand Vignard, couturier pour dames
1956 : Sous le ciel de Provence de Mario Soldati, adaptation du roman Quatre pas dans les nuages (Quattro passi fra le nuvole) d'Alessandro Blasetti - Paul Verdier, représentant en chocolat
1956 : Honoré de Marseille de Maurice Regamey - Protis, le guerrier grec, Honorius, le romain et Honoré
1956 : Le Tour du monde en quatre-vingts jours (Around the World in Eighty Days) de Michael Anderson, d'après le roman éponyme de Jules Verne - Le cocher de fiacre à Paris
1956 : L'Homme à l'imperméable de Julien Duvivier - Albert Constantin, clarinettiste
1957 : Sénéchal le magnifique de Jean Boyer - Sénéchal, comédien d'une troupe théâtrale
1957 : À Paris tous les deux (Paris Holiday) de Gerd Oswald - Fernydel, l'artiste français
1957 : Le Chômeur de Clochemerle de Jean Boyer - Baptiste Lachaud dit: "Titin", chômeur
1957 : La loi, c'est la loi de Christian-Jaque - Ferdinand Pastorelli, douanier français
1958 : La Vie à deux de Clément Duhour - Marcel Gaboufigue, mari de Marguerite
1958 : Les Vignes du seigneur de Jean Boyer - Henri Levrier, l'ami de la famille
1958 : Le Confident de ces dames de Jean Boyer - Guiliano Goberti, vétérinaire
1959 : Le Grand Chef d'Henri Verneuil - Antoine Venturen, employé d'une station-service
1959 : La Vache et le Prisonnier d'Henri Verneuil - Charles Bailly, prisonnier de guerre


FILMOGRAPHIE ANNEES (1960)

1960 : Crésus de Jean Giono - Jules, le berger de Provence
1960 : Le Caïd de Bernard Borderie - Justin Migonet professeur de philosophie
1960 : Cocagne de Maurice Cloche - Marc- Antoine, chauffeur de benne de nettoiement
1961 : Le Jugement dernier (Il giudizio universale) de Vittorio De Sica - Le veuf
1961 : Dynamite Jack de Jean Bastia - Antoine Espérendieu, collecteur d'impôts et Dynamite Jack, le bandit
1961 : Don Camillo Monseigneur de Carmine Gallone - Don Camillo, évêque
1961 : L'assassin est dans l'annuaire de Léo Joannon - Albert Rimoldi, timide employé de banque
1962 : Le Diable et les Dix Commandements de Julien Duvivier - L'homme qui se prend pour Dieu
1962 : En avant la musique de Georges Bianchi - Attilio Capellaro, aubergiste
1962 : Le Voyage à Biarritz de Gilles Grangier - Guillaume Dodut, chef de gare de Puget-sur-Var
1963 : Blague dans le coin de Maurice Labro - Jeff Burlington, le comique
1963 : Le Bon roi Dagobert de Pierre Chevalier - M. Pelletan et le roi Dagobert
1963 : La Cuisine au beurre de Gilles Grangier - Fernand Jouvin, prisonnier de guerre
1964 : Relaxe-toi chérie de Jean Boyer - François Faustin
1964 : L'Âge ingrat de Gilles Grangier - Adolphe Lartigue, le père d'Antoine
1965 : Don Camillo en Russie de Luigi Comencini - Don Camillo, le curé
1965 : La Bourse et la Vie de Jean-Pierre Mocky - Charles Migue, un collègue de Pelepan
1966 : Le Voyage du père de Denys de La Patellière - Mr Quantin, fermier Jurassien
1967 : L'Homme à la Buick de Gilles Grangier - Armand Favrot, alias Monsieur Jo, contrebandier
1969 : Heureux qui comme Ulysse d'Henri Colpi - Antonin, modeste garçon de ferme
1970 : Don Camillo et les contestataires de Christian-Jaque - Le tournage de ce film (entre juillet et août 1970 à Brescia) ne fut pas achevé en raison de la maladie de Fernandel ; la production fit cependant réaliser par Mario Camerini une nouvelle version avec d'autres acteurs.
Six de ses films ont été colorisés (les 4 premières fois pour des versions télévisées et VHS), dont quatre qu'il tourna avec Henri Verneuil : L'Auberge rouge, Le Boulanger de Valorgue, L'Ennemi public numéro un, Le Couturier de ces dames, Le Grand Chef, et La Vache et le Prisonnier en 1990, premier film français traité par procédé électronique).

En revanche, Heureux qui comme Ulysse, diffusé à la télévision le 27 février 2011 sur la TNT en seconde partie de soirée, n'a pas été colorisé puisqu'il a été tourné en couleur (Eastmancolor).


_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7836
Cartouches : 9154
Réputation : 51
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par Cooper le Mar 10 Mai - 19:33

SES COURTS-METRAGES

1930 : La Meilleure Bobone (ou Les 4 Jambes) de Marc Allégret et Claude Heymann - Lucien Pivoine
1930 : J'ai quelque chose à vous dire de Marc Allégret - Pierre Deneige, l'amant
1931 : Attaque nocturne de Marc Allégret et Jean de Marguenat - Le commissaire
1931 : La Fine Combine d'André Chotin - Joseph, le valet de chambre
1931 : Bric-a-brac et compagnie d'André Chotin - Fernand
1931 : Vive la classe (ou les gaietés de l'escouade) de Maurice Cammage - Moussin
1931 : Pas un mot à ma femme d'André Chotin - Jules
1931 : Une brune piquante (ou La femme à barbe) de Serge de Poligny -
1932 : Quand tu nous tiens, Amour! de Maurice Cammage -
1932 : La Terreur de la Pampa de Maurice Cammage - Bill Forster, plongeur à Hollywood
1932 : Ordonnance malgré lui de Maurice Cammage - Alfred Leneveux, chauffeur du colonel
1932 : Un beau jour de noces de Maurice Cammage - Gustave Dupied, le marié
1932 : Comme une carpe (ou Le muet de Marseille) de Claude Heymann - Chatelard, le mari volage
1932 : Par habitude de Maurice Cammage - Valentin Bourgeasse, l'homme qui fait vœu d'ivresse
1932 : Restez dîner (ou Maruche) de Robert Péguy - Maruche, un ami de Blondel
1932 : La Claque de Robert Péguy
1932 : Cunégonde "chanson filmée"
1932 : Elle disait non "chanson filmée"
1933 : Ça colle de Christian-Jaque -
1933 : Lidoire de Maurice Tourneur - Le cavalier Lidoire
1933 : La Veine d'Anatole ou (Le Gros Lot) de Maurice Cammage -
1943 : Guignol, marionnette de France de Maurice Cammage (Commentaire et présentation uniquement...)
1946 : Comédiens ambulants de Jean Canolle -
1947 : Irma la voyante (Vedettes et ritournelles) de Antoine Toé "chanson filmée" - La Voyante et son client
1947 : La Caissière du grand café (Vedettes et ritournelles) de Antoine Toé "chanson filmée" - Interprète la chanson en costume d'époque

1947 : Elle a de la barbe ou (Adoré de Philomène) - (Vedettes et ritournelles) de Antoine Toé « chanson filmée » - Le tourlourou amoureux de la femme à barbe

1947 : Attente (Vedettes et ritournelles) de Antoine Toé "chanson filmée" - L'amoureux qui attend celle qu'il aime
1947 : Escale au soleil d'Henri Verneuil - Le guide qui présente et commente le film
1950 : La Nuit des étoiles de Louis Fehr-Lutz - Participation au bal des petits lits blancs de Monte-Carlo
1950 : La Chèvre de Monsieur Seguin de Francis Gir - Commentaire du film
1962 : Visages de Paris de Dominique Nohain
1956 : L'Art d'être papa (ou Le téléphone) de Maurice Regamey
1969 : Tel est Franck de Jean-Paul Sassy (26') (une chanson en duo avec son fils, sur l'amour)

Fernandel tourna également de rares publicités cinématographiques, comme en 1938 pour le tabac de Virginie Week-end (2 minutes), en 1945 pour vanter le Cinéma dans le cadre d'une tombola (1 minute), ou bien encore en 1965 avec Le discours au gâteau d'anniversaire pour l'apéritif Dubonnet (30 secondes). Un documentaire Publicité de 600 mètres réalisé par Robert Lefèvre : Nul bien sans peine à la gloire de Paul Ricard, où il raconte la saga du père des alcools sur un commentaire de Jean Desailly, avec Mireille Darc.


FILMOGRAPHIE TELEVISUELLES

1966 : Paris ist eine Reise wert, téléfilm de Paul Martin : un détective
1967 : L'Amateur ou S.O.S. Fernand série télévisée en 7 épisodes de 26 min : Fernand
1.Le Somnambule de Jean-Pierre Decourt
2.La Valise de Jean-Pierre Decourt
3.Le Sculpteur de Maurice Delbez
4.La Cleptomane de Louis Grospierre
5.Le Coup de fil de Jacques Pinoteau
6.La Princesse russe de Maurice Delbez
7.La Vicomtesse de Quentin Lawrence
1969 : Freddy, pièce de Robert Thomas réalisée pour la télévision par Igor Barrère et Alexandre Tarta : Freddy, le clown
De 1975 à 1999, l'imitateur André Aubert devint le petit curé de campagne provençal Don Patillo pour les pâtes Panzani, écrivant même un livre à leur sujet en 1997 (Le Cherche midi éditeur).
À partir de 2007, des extraits en noir et blanc d'Honoré de Marseille servent encore à promouvoir l'huile d'olive Puget sur le petit écran.


DISTINCTIONS de FERNANDEL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Remise de la légion d'honneur 1949:
Grand prix mondial du Rire pour "On demande un assassin"


1952: Ruban d'argent décerné par les critiques cinématographiques italiens
1952: Victoire du meilleur acteur pour "Le petit monde de Don Camillo"
1953: Chevalier de la légion d'Honneur (introduit par M. Pagnol)
1953: Chevalier du Mérite et de la Courtoisie
1953: Grand prix de l'Académie du disque pour "Les lettres de mon moulin"
1954: Médaille de l'acteur le plus populaire en Belgique
1957: Citoyen d'honneur de la ville de Cassino (Italie)
1960: Chevalier des Arts et des Lettres
1960: Oscar européen de la Popularité
1964: Médaille d'or du mérite civique
1964: Prix Georges Courteline
1964: Prix Orange à l'acteur le plus coopératif de l'année par la presse
1964: Orphée d'or du disque lyrique pour "Mam'zelle Nitouche"
1968: Intronisation au grand Conseil des Vins de Bordeaux
1968: Grand prix de l'Académie du disque pour "Les lettres de mon moulin"
1970: Grand prix du cinéma français


ANECDOTES

- Il a fondé avec Jean Gabin la société de production Gafer en 1963[9]. Leur première production sera L'Âge ingrat de Gilles Grangier.
- Fernandel a également remporté un grand succès avec les enregistrements des textes des Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet comme La Chèvre de monsieur Seguin, Les Trois Messes basses, Le Secret de maître Cornille ou Le Sous-préfet aux champs.
- Fernandel a aussi été le réalisateur de trois de ses films : Simplet en 1942, Adrien en 1943 et sur un scénario de Sacha Guitry : Adhémar ou le Jouet de la fatalité en 1951.
- Le 18 janvier 1953 alors qu'il était à Rome avec sa fille Jeanine, Pie XII le pria de venir au Vatican afin, dit-il, de faire la connaissance « du plus connu des prêtres de la chrétienté après le pape ».


Les Chansons de FERNANDEL

Il faut avoir vu Fernandel sur une scène, assisté à l'un de ses tour de chant pour mesurer le pouvoir qu'il exerce sur le public... Dès son apparition, son autorité est telle qu'il dirige à sa guise les éclats de rire, les applaudissements ou les ovations des spectateurs. Ses atouts majeurs: une présence exceptionnelle, un physique unique, une voix au registre très étendu, allant du grave de la tragédie à l'aigu le plus inattendu du chanteur de charme, une diction irréprochable et des gestes d'une grande éloquence, un talent immense reconnu par tous.
La discographie de Fernandel est si impressionnante que de nombreux titres sont bien oubliés aujourd'hui. Certain titre comme Francine, enregistré en décembre 1939, prouve qu'un comique peut - sur un sujet grave - lancer un message courageux dans une période à la fois trouble et dangereuse.


DISCOGRAPHIE REFERENTIELLE de FERNANDEL
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Support 78 Tours
Polydor
512278 : La Rue de la manutention
512572 : La Caissière du Grand Café
521887 : Moi, je vais au cinéma
521940 : La Rue de la manutention
522012 : Folatrerie
522022 : Fibremol fait des fredaines 1 & 2
522101 : Cunégonde
522165 : Maintenant je sais c'que c'est - Quand ça me prend
522166 : Le Père la Puce
522246 : Aventure galante
522248 : Ne te plains pas
522461 : Ah! dis donc - Oh! Jules
522490 : La Leçon d'histoire 1 & 2
522703 : C'est la terreur de la pampa - C'est au rythme d'un tango
522731 : Le Coq du régiment - Quand on est de corvée
522732 : Agathe - Je suis l'homme qu'il vous faut
522801 : Quand il y a d'l'amour - On m'a
524010 : La Leçon d'histoire (avec Andrex)

Odéon
166768 : Celle à qui je plais - Milliardaire
166803 : J'ai des tout petits besoins
166818 : C'est dans la ma-ma - Dans la flotte
166867 : Lui et moi
166869 : Tiens, voilà Lafleur -Valse de Rosalie
166876 : Quand on est obligeant - Faut tout prendre du bon côté
166961 : Mimile et Totor
166981 : Dites-lui mon amour
166983 : Ignace - La Java des petits galons
166984 : Redis-le-me (avec Marie Bizet)

Columbia
DF 1914 : Ignace - Lequel des deux ?
DF 1915 : Quelle famille
DF 1916 : Pour être ordonnance
DF 2034 : Célestine - C'est la fête à Tante Aurore
DF 2088 : C'est toujours comme ça - Les Dégourdis
DF 2119 : Je vais au zoo avec Zizi
DF 2220 : Je te veux (avec Germaine Duclos)
DF 2343 : Scène de l'épicerie
DF 2347 : Barnabé - Ne me dis plus « tu »
DF 2367 : L'Amour incompris
DF 2515 : Si je jouais du trombone - Un dur, un vrai, un tatoué
DF 2525 : Ma créole - Ernestito
DF 2526 : C'est comme ça à Calcutta - Je suis une petite nature
DF 2601 : Pourquoi tu me vexes, Victor ? - La Chanson du forçat
DF 2602 : T'aimer une demi journée - Politesse
DF 2616 : Félicie aussi
DF 2759 : Hector - Moi, je mâche du chewing-gum
DF 2830 : Je connais des baisers - J'aim' toutes les femmes
DF 2874 : Les Jours sans
DF 2905 : On m'appelle Simplet
DF 3129 : Un... deux... trois - Faut pas bouder Bouddha
DF 3138 : Je n'peux pas m'expliquer - Faut pas bouder Bouddha
DF 3162 : J'ai mon cœur qui fait tic tac - Cococo cocococotte
DF 3163 : Je suis irrésistible - O mio amore

Decca
MB 8200 : Alors ils l'ont fait - C'est un dur
MB 8201 : Nono et Nana - Sur le bout de la banquette
MB 20960 : Le Schpountz 1 & 2
MF 168 : Je suis marqué par le destin -
MF 170 : Dans la brousse
36025 : Veillée mortuaire - Échangerais 5 pièces
36030 : Timidité 1 & 2

Fumière
Ah c'que t'es bath avec ton petit chapeau - Va pleurer dans ta cour

Rythme
C2 144 R : Si j'étais papillon - Oui mais quand on n'a pas le sou
C2 145 R : Adrien - Voulez-vous m'aimer...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Support 45 Tours
Odéon
MOE 2183 : Ignace : La Java des p'tits galons - Redis-le-me - Pour être ordonnance
- Lequel des deux (avec M. Bizet) - La Mexicana (avec Andrex)

Decca
1955:
455.543 : Lettres de mon moulin : La Chèvre de monsieur Seguin
455.544 : Lettres de mon moulin : Le Curé de Cucugnan
455.572 : Monsieur Badin - La Lettre chargée
455.583 : Lettres de mon moulin : Les Vieux ;
455.585 : Jeux de mots, jeux de poètes

1956:
455.611 : Lettres de mon moulin : Les Trois Messes basses
455.617 : L'Innocent - Ma femme fait du judo
455.618 : Honoré de Marseille : C'est Noël - Tout ça c' est Marseille - Quel plaisir, quel travail - Oh ! Honoré

1957:
455.622 : Fables de La Fontaine
455.623 : D'après nature : La Route - La Rivière - Les Champignons - La Limace - Les Vers de terre - La Vache
- La Chèvre

455.624 : Ce bon curé d'Aulan
455638 : Lettres de mon moulin : Le Secret de maître Cornille

1958:
455.617 : L' Innocent - Ma femme fait du judo
455.702 : Fernandel dit Robert Lamoureux : Éloge de la fatigue - Passé simple - Merci maman - Enfantillage
460.543 : La Chèvre de monsieur Seguin
460.544 : Le Curé de Cucugnan
460.572 : La Lettre chargée - Monsieur Badin
460.583 : Les Vieux
460.585 : Jeux de mots, jeux de poètes
460.611 : Les Trois messes basses
460.618 : C'est Noël - Tout çà c'est Marseille - Quel plaisir ! quel travail ! - Oh ! Honoré
460.622 : Fables de La Fontaine : Le Loup et l'Agneau - La Cigale et la Fourmi - Le Lièvre et la Tortue - Le Savetier et le Financier - Le Corbeau et le Renard - Le Loup et le Chien - Le Lion et le Moucheron
460.623 : D'après nature : La Route - La Rivière - Les Champignons - La Limace - Les Vers de terre - La Vache - La Chèvre
460.638 : Le Secret de maître Cornille
460.677 : L' Innocent - Ma femme fait du judo

1959:
460.699 : Lettres de mon moulin : Les Vieux (Les Étoiles ?)
460.706 : En vrac
460.721 : Noël en Provence : Noël - Crèche - Ma Provence et les santons - Ma Provence

1960:
460.725 : Gribiche
460.733 : L'Arlésienne

1961:
460.738 : Un bouquet de chansons : J'aurais voulu - Ma Gretchen de München - Ah ! le tango corse
460.748 : Fernandel chante pour les enfants : Les Petits Chatons - Le Petit Âne gris - Grenouillette - Frisepoulet

1962:
460.750 : Ne frotte pas, François - La Chanson du cabanon - Oh ! Ma quique - Entre donc, fada

1963:
460.753 : L' Accent provençal - Elle n' est pas jolie - La saison des petits pois - Le tango d'amour
460.755 : Tangos : Ah ! le tango corse - C'est du gâteau - Le Tango d' amour - Je suis marqué par le destin
460.772 : Fais-moi des bleus - Les gens riaient - Partir pour revenir - Tango du bistouri
460.804 : Le Cul du berger - La Bouillabaisse - L'Accent - Aujourd'hui peut-être

1964:
460.858 : La Communion du village - Le Linot aveugle
460.886 : Je fais ma valise - Les Moustaches de Thomas - Moi z'et mon chien - C'est un dur
460.887 : Ce que j' ai - C'est du gâteau - Les gens riaient - Le Tango corse

1966:
460.982 : Il en est - Bagnoles, pépées, pépettes - Le Torero fatigué - Si je puis m' exprimer ainsi
460.983 : Quand il pleut à St-Tropez - Les Vieux Villages de Provence - Ma jolie cigale - Le Mistral
460.998 : Histoires provencales : Le Papé - La Liste
461.000 : Contes de Provence : Dans notre midi - Les Petits Métiers de Provence

1968:
461.154 : Palmarès de Fernandel : Les Moustaches de Thomas - Les gens riaient - Il en est - Si je puis m'exprimer ainsi
461.178 : L'Âne qui avait l'accent - La Fille de Monsieur Seguin - Pervenche

1969:
461.193 : Le Menteur - Le Retour - L'Anis
461.196 : Le Tango corse - La Bouillabaise - La Chanson du cabanon - Le Cul du berger
79.562 : Si tu touches à mon oiseau - Ah! si tu étais une femme!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
33 tours (25cm)Polydor
530.019 : Fernandel et Andrex : Au marché central - Les Deux Déménageurs - La Leçon d'histoire
- La Lecture à la caserne - Olive et le Parisien - Les Deux Bègues - Chez le photographe

Decca
133.022 : Lettres de mon moulin (1) : Le Curé de Cucugnan - La Chèvre de monsieur Seguin
133.023 : Lettres de mon moulin (2) : Les Vieux - Les Trois Messes basses (2 pochettes)
133.045 : Le Petit Monde de don Camillo
163.144 : Le Retour de don Camillo
133.145 : Lettres de mon moulin (3) : Le Secret de maître Cornille - Les Étoiles
133.146 : Lettres de mon moulin (4) : L'Arlésienne - La Mule du pape
133.147 : Contes du lundi : La Dernière Classe - La Défense de Tarascon
133.506 : Honoré de Marseille : Honoré part à la pêche - On en fait une - Honoré maître tailleur - Le Tram de la mer
- Les Petits Métiers - À la foire aux santons

133.516 : Contes et nouvelles de Provence (1) : Les Haricots de Pitalugue - Communion au village - Le Linot aveugle
133.517 : Contes et nouvelles de Provence (2): L'Âne de Nazaire - Pessègue et Tigassou - Mon ami Naz - La Clef de l'oncle

133.521 : Le gendarme est sans pitié - Lidoire
133.522 : Un client sérieux - La Lettre chargée
133.523 : La Paix chez soi - Monsieur Badin
133.628 : Au soleil du midi (L'Accent)
133.713 : Lettres de mon moulin (5) : La Diligence de Beaucaire - Le Sous-préfet aux champs
- L'Élixir du révérend père Gaucher

163.144 : Le Retour de don Camillo
163.749 : Le Médecin malgré lui
163.587 : Le Curé de Cucugnan - Ce bon curé d'Aulan
163.790 : Tartarin de Tarascon
133.834 : Les Chansons du comique-troupier : On r'vient - Ça que j'ai - Au fond du square - Ça fait plaisir
- Suzon la blanchisseuse - Moi-z'et mon chien - Son parapluie - Avec l'ami Bidasse

133.835 : Les Monologues de Louis Bousquet : J'suis l'ordonnance - Ah! Mince alors - Eh, ben mon vieux
- L'as-tu dit ou l'as-tu pas dit - Faut bien rire un peu - Il a des galons - Balaye la chambre - Y'a rien d'plus sérieux
- Il a de l'argent - S'i'y avait pas les soldats

133.843 : Ce bon frère Boniface - Saint Antoine
133.844 : Ce bon curé d'Aulan
133.845 : Le Retour des cloches - Noël - L'Innocent - L'Hôpital - Les Danseurs de Jonquières - L'Accent
133.846 : Le Joueur
133.873 : Pierre et le Loup
35.500 : Réédition
133.885 : Le Schpountz
133.912 : Fernandel dans son tour de chant : C'est du gâteau - Ma femme fait du judo - Le Papa de Pepa
- L'Innocent - Je suis marqué par le destin - Félicie aussi - Le Beau Raccommodeur - Nono et Nana

133.927 : Histoires marseillaises
133.952 : Lettres de mon moulin : Nostalgie de caserne - En Camargue : Le Départ - La Cabane
- Le Rouge et le Noir - Le Vaccares

133.954 : La Création du monde
133.958 : Cocagne
133.959 : Les Succès du comique-troupier (2) : J'suis content, content - Maintenant que j'suis soldat
- Ma bouffarde - Elle boîte - Agathe - Si je pouvais en faire autant

133.978 : Quand un livreur : Le Bar du marché - Naïs
134.076 : Contes de Provence : Le Foin du père Antoine - Un trésor est caché dedans - Les Petites Vieilles - La fortune vient en dormant

Columbia
FP 1155 : Les Belles Années du music-hall : Un dur, un vrai, un tatoué - On m'appelle Simplet - La Fille du teinturier - Ne me dis plus « tu » - Barnabé - Elle a tout ça - Félicie aussi - Ignace

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
33 tours (30cm)Decca

133.144 : Le Retour de don Camillo
163.521 : Le gendarme est sans pitié - Lidoire
FMT 133522 : Un client sérieux - la Lettre chargée
163.522 : Un client sérieux - la Lettre chargée
163.749 : Le Médecin malgré lui
163.790 : Tartarin de Tarascon
163.885 : Le Schpountz
105.034 : Réédition
163.999 : Tartarin sur les Alpes
164.041 : Histoires méchantes de Pierre Doris
100.074 : Le Petit Monde de don Camillo
164.050 : Le Petit Monde de don Camillo
30514 : Réédition
40.195 : Ses chansons les plus célèbres
100.049/50 : Ignace (l'intégrale)
100.058 : Le Palmarès de Fernandel
100.076 : Le 2e Palmarès de Fernandel
100.086 : Les Succès du comique-troupier
164.112 : Réédition
100.090 : Le 3e Palmarès de Fernandel
110.007 : Ma Provence à moi
110.015 : 13 Sketchs hilarants
115.017-22 : Lettres de mon moulin (volumes 1 à 6)
100023/6 : Lettres de mon moulin
115.024 : Ignace
154 188 : L'Agnelet de la crèche
164 082 : Lettres de mon moulin
SSL 40211/16 : Lettres de mon moulin (coffret 6 disques)
40236/7 : Mam'zelle Nitouche
99050/52 : Les Disques d'or (coffret 3 disques)
40.218 : Interdit aux moins de 18 ans

Impact
6886 144 : La Caissiere du Grand cafe

Emi
178 15408/9 : Félicie aussi

Columbia
C 054 15284 : Du caf'conc' au music-hall

Véga / F.Loisirs
340.004 : Fables de La Fontaine

Fontana
826 524 : La Berdouillette
115.051/52 : Fernandel, c'est moi

CMF
18/19 : La Fille du puisatier

Carrère
67.757 : Ignace (album 2 disques)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merci à ce cher FERNANDEL.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7836
Cartouches : 9154
Réputation : 51
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par Tyrone le Mar 10 Mai - 19:55

Merci Cooper Wink

☺️" BARNABE " Avec Fernandel (1938)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9898
Cartouches : 12390
Réputation : 16
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 61
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par Cooper le Mar 10 Mai - 20:01

Ali Baba et les quarante voleurs de Jacques Becker (1954)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fernandel : Ali Baba, serviteur de Cassim et Henri Vilbert: Cassim, le riche marchand


_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7836
Cartouches : 9154
Réputation : 51
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par L'Impayable le Mer 11 Mai - 18:30

Ce soir, télédiffusion de 3 Films de Fernandel sur CinéClassic : -Les Gaietés de l'Escadron (Tourneur) ; -Casimir (Pottier) ; -L'Armoire Volante (Rim).
avatar
L'Impayable
Jules Verne 54
Jules Verne 54

Messages : 302
Cartouches : 419
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 56
Localisation : MorschWiller-Le-Bas/ La Tremblade

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fernandel (1903-1971)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum